La clinique Saint George s’engage contre la malbouffe

juillet 20, 2017

malbouffe

 

En s’engageant dans le projet Jeudi vert, la clinique Saint George fait la promotion depuis le mois de juin d’une alimentation plus équilibrée, au travers d’une journée par semaine sans produits animaux. De part son succès rencontré lors de la première édition, ce repas sain est prévu une fois par mois à partir de la rentrée prochaine.

Comme l’on aurait pu s’en douter, la journée mondiale de la malbouffe (Junk Food Day) organisée tous les 21 juillet nous arrive directement des États-Unis. C’est avéré : l’obésité tue trois fois plus que la famine dans le monde. Comment la malbouffe s’est-elle invitée à toutes les tables, et notamment à celle des Français, dont la gastronomie est pourtant inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco ?

 

On désigne par le terme « malbouffe » ou « junk food » toutes les nourritures trop grasses, trop sucrées, trop riches, qui font le quotidien de l’occidental moyen. Lui consacrer une journée mondiale c’est aussi enfin se rendre compte de ce que ce type d’alimentation peut avoir des effets néfastes pour la santé.

 

L’intérêt de cette journée est d’amener le public, non seulement à se rendre compte des effets nocifs de ce type d’alimentation sur la santé humaine, mais aussi à changer les habitudes alimentaires, en consommant des aliments sains. A ce point de vue, des experts conseillent surtout la consommation des légumes, fruits, poissons… Il faut agir car l’on comptera plus de 40% de la population mondiale obèse ou en surpoids d’ici à 2030 (contre 30% aujourd’hui).

TER-qui_obese

A partir de quel IMC une personne est-elle considérée comme obèse ou en surpoids?

Le groupe Saint George est engagé depuis longtemps ds une démarche d’équilibre nutritionnel. L’établissement met tout en œuvre pour sensibiliser au maximum les patients à cette problématique.
Dès l’arrivée du patient, il lui est remis un livret reprenant les recommandations du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Des recommandations lui sont donné par une diététicienne à l’oral lors de la commande des repas ou pour les conseils de sortie de clinique.
Tous les menus proposés sont équilibrés et vérifiés par une diététicienne et renouvelables sur quinze jours.
Les patients atteints de surpoids, d’obésité peuvent demander une consultation en chambre avec une diététicienne. Cela peut également se faire à la demande du médecin.
Nous attachons également beaucoup d’importance à ce que notre personnel puisse avoir la possibilité de manger équilibré toute l’année. Eté comme hiver, il est par exemple possible de déguster une salade fraiche au self.
equilibre-alimentaire

Inutile de dire de quel côté penche la balance

 
Un bar à fruits et un bar à salades sont mis en place aussi souvent que possible pour que les employés puissent composer leur assiette à leur goût et selon leur faim.
Plusieurs accompagnements de légumes sont proposés chaque jour. Si un plat est un peu riche, il y en aura forcément un autre plus équilibré à côté.
Les recommandations nutritionnelles telles que la pyramide alimentaire sont affichées en salle à côté des plats.
En mars, la composition complète des plats (entrées, plat principal, fromage et dessert) ainsi que toutes leurs informations nutritionnelles (calories…) étaient affichés au self et sur les plateaux.
Nos diététiciennes ont composé spécialement deux menus : un menu plaisir et un menu diététique. Le but est d’alterner entre les deux et de savoir exactement ce que l’on ingurgite.

La malbouffe nous rend plus malades que l’alcool et le tabac réunis

Un rapport publié par un groupe d’experts britanniques au mois d’octobre dernier alerte sur les dégâts de la malnutrition sur notre santé. Un constat d’autant plus alarmant que la malbouffe gagne chaque jour du terrain, entraînant une explosion dans le monde du nombre de personnes obèses ou en surpoids aux quatre coins du monde.

Mal se nourrir causerait ainsi davantage de maladies que le tabac, l’alcool et le sexe non protégé réunis. L’hypertension artérielle, le diabète, l’excès de cholestérol ou les maladies cardio-vasculaires  sont par exemple directement liés à la façon dont on se nourrit.

 

Infographie-malbouffe-P1

Les calories qui se cachent derrière nos sandwiches préférés

Une alimentation ne satisfaisant pas les besoins nutritionnels est donc ce qu’il y a de plus nocif pour la santé. En parallèle, et comme pour inciter les leaders politiques mondiaux à prendre leurs responsabilités, un rapport indique que la malbouffe gagne chaque jour du terrain, jusque dans les pays en voie de développement, paradoxalement aussi confrontés aux problèmes de sous-nutrition.

 

Le changement dans les habitudes alimentaires serait en partie à l’origine de ce fléau. Au cours des dernières décennies, l’urbanisation et la mondialisation sont passés par là. La consommation de sucre et d’aliments transformés et ultra-gras au détriment des préparations culinaires traditionnelles à base de produits locaux, frais et variés a eu un impact déterminant sur le tour de taille des individus. Les systèmes alimentaires occidentaux ont ainsi donné naissance à un vrai problème de santé publique. On évoque aussi les politiques de l’agriculture intensive et l’agrobusiness qui ont alimenté ce phénomène.

90364959_o

Un vice coûteux

Selon les chiffres du gouvernement, en France en 2012, le coût social de la surcharge pondérale s’est ainsi élevé à 20 milliards d’euros, un montant comparable à celui de l’alcool (15 milliards d’euros) et du tabac (26,6 milliards d’euros).
Alors que peut-on faire ? Il faut promouvoir chez toutes les catégories de population une alimentation saine et nutritive à base d’aliments frais, sains et produits dans le cadre d’une agriculture durable, un moyen de préserver un modèle économique viable, mais aussi la santé des consommateurs. Trop souvent, les familles modestes se contentent de mauvais produits car elles n’ont pas les moyens d’en avoir de meilleurs. Il y a d’ailleurs une corrélation entre obésité, malbouffe et revenus modestes.

Pour cela, l’État a mis en place un Plan de Nutrition National et conseille de suivre les recommandations de la pyramide alimentaire.

Pyramide-PNNS-2009

La fameuse pyramide alimentaire recommandé par le Plan National Nutrition Santé

Les Français doivent aussi prendre le temps de redécouvrir leur gastronomie en limitant le snacking en se remettant aux fourneaux. Après tout, cette gastronomie est inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco !

Pour tout savoir des recommandations nutritionnelles officielles et trouver où pratiquer une activité physique près de chez vous, cliquez ici.

ob_254b35_malbouffe

Les nuggets de contiennent que 40 à 50% de viande de poulet. Le reste n’est qu’arômes, pâte avec eau et épices mais surtout cartilages et os broyés…

 

Comments are closed.

  • Infos contact

    ✔ Téléphone : +33(0)4 93 81 71 50
    ✔ Fax : +33(0)4 93 53 35 18
    ✔ Mail : info@clinique-saint-george.com

    ✔ Adresse : 2 avenue de Rimiez
    06105 Nice Cedex 2

  • Emplois et stages

    ✔ Les établissements du GROUPE ST GEORGE vous proposent de nombreux métiers dans les domaines médical et para-médical, hôtelier et administratif. Cette diversité vous permet d'envisager une carrière et une évolution au sein de notre groupement.

    Consulter les offres
  • Plan d’accès à la clinique