Cardiologie & Rythmologie Interventionnelle

CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Elle permet, notamment, de réaliser tous les actes de cardiologie interventionnelle et d’explorations cardiologiques.

La clinique dispose de toutes les autorisations pour le traitement de l’infarctus du myocarde (syndrome coronarien aigu) en urgence par angioplastie (dilatationcoronaire, pose de stent…) ou des troubles du rythme (ablation…). L’établissement met à la disposition des cardiologues deux échographes cardiaque, trois postes pour réaliser des épreuves d’effort, 2 tables d’exploration cardiovasculaire et une table dédiée à la rythmologie équipée d’un robot Stereotaxis.

Les différents examens réalisés :

LA CORONAROGRAPHIE

Examen qui consiste à visualiser les artères du cœur en les rendant visibles aux rayons X grâce à l’injection d’un produit de contraste. Cette technique nécessite l’introduction d’une fine (2 mm de diamètre) sonde jusqu’à l’entrée des artères du cœur (artères coronaires), à la base de l’aorte.

L’ANGIOPLASTIE

Examen consistant à rendre aux artères coronaires rétrécies par la maladie un diamètre suffisant pour une circulation sanguine efficace. En pratique, cela consiste à introduire dans l’artère et jusqu’à l’endroit rétréci un fin ballonnet qui sera ensuite gonflé pendant quelques secondes pour dilater le segment malade. Dans la majorité des cas, on placera alors dans l’artère une petite prothèse ou « stent » qui permettra de maintenir le résultat en empêchant l’élasticité de l’artère d’en réduire à nouveau le diamètre.

L’ECHOGRAPHIE

L’échocardiographie est une technique diagnostique non invasive qui utilise des ultrasons de haute fréquence (2 à 7 MHz) pour évaluer l’état structurel, fonctionnel et hémodynamique du système cardio-vasculaire. L’examen est réalisé à l’aide d’un transducteur, une sonde qui détecte les échos réfléchis dans les structures internes du cœur comme les valves et le muscle cardiaque.

Les images sont obtenues grâce à un ordinateur qui calcule instantanément le temps que met l’onde ultrasonore pour atteindre les structures cardiaques et être réfléchie vers la sonde. L’image de votre cœur (l’échocardiogramme) est alors affichée sur un écran vidéo et peut être enregistrée sur bande magnétique ou support digital.

Les examens échocardiographiques peuvent être obtenus de différentes manières : au travers de la paroi thoracique (examen transthoracique), à partir de l’œsophage (échographie transœsophagienne, plus invasive), pendant un effort physique ou durant l’injection intraveineuse d’une drogue ayant des effets similaires à une épreuve d’effort (échographie de stress du muscle cardiaque).

LES EPREUVES D’EFFORT

L’épreuve d’effort, ou test d’effort est un examen cardiologique consistant en l’enregistrement d’un ECG durant le déroulement d’un exercice physique
calibré en présence d’un cardiologue pour aider au diagnostic des maladies des artères coronaires (bilan d’un angor, des suites d’un IDM…) et de cibler
l’intensité (fréquence cardiaque cible) de réentraînement à l’effort optimal en cas de prise en charge du malade cardiaque par les activités physiques adaptées.

Le service comprend trois salles équipées d’un appareil chacun.

Un défibrillateur manuel externe, un chariot d’urgence comportant l’ensemble du matériel nécessaire à une réanimation cardio-pulmonaire et un système de mesure de la pression artérielle complètent l’équipement des salles, ainsi qu’un « bouton d’alerte » permettant de faire venir des renforts paramédicaux en cas d’incident pour assister le cardiologue.

Le patient n’est pas à jeun. Il n’a pas besoin d’être hospitalisé. Il doit être informé de l’examen, de son intérêt et des risques de ce dernier. Il est mis torse nu et les électrodes de l’ECG sont mises en place après préparation de la peau (rasage, dégraissage). Un premier enregistrement de l’électrocardiogramme est fait au repos. Le patient débute alors son effort.

Ce dernier est poursuivi jusqu’à la survenue de l’un des critères suivants :

·         épuisement musculaire ou essoufflement trop important ;

·         fréquence cardiaque atteignant la fréquence maximale théorique ;

·         apparition d’un critère de positivité (le plus commun est
l’apparition d’un sous-décalage du segment ST, horizontal ou descendant,
dépassant un certain voltage) ;

·         apparition d’un trouble du rythme cardiaque grave ;

·         apparition d’un malaise, d’une chute de la tension artérielle.

En cas de positivité du test d’effort, le médecin peut :

·         soit traiter directement par des médicaments : anti-angineux et
lutter contre les facteurs de risque… ;

·         soit confirmer le diagnostic par une coronarographie ce qui permet
de faire un traitement ciblé : par médicament, par angioplastie coronaire ou
par pontage aorto-coronarien ;

·         prescrire un réentraînement à l’effort.

L’EXPLORATION ENDOCAVITAIRE

Ses deux grandes indications sont l’étude des bradycardies (diminution de la fréquence cardiaque) et celle des tachycardies (augmentation de la fréquence cardiaque) que l’on appelle trouble du rythme ou de la conduction. Elle permet de faire le bilan étiologique de syncopes ou de malaises lipothymiques. Elle est également indiquée pour évaluer l’efficacité d’un traitement antiarythmique.

La pose d’un pacemaker (PM) ou d’un défibrillateur implantable peut être la solution thérapeutique envisagée.

Les actes réalisés sont :

·         exploration du faisceau de Hys ;

·         actes thérapeutiques d’ablation par radiofréquence ;

·         stimulation cardiaque définitive ;

·         pose de défibrillateur automatique implantable ;

·         remplacement de pacemaker PM…

Comments are closed.